Campings français: le bilan de la SAISON 2021

Rédaction - 20/10/2021

BILAN 21 OUV

Un ascenseur émotionnel permanent. C’est ainsi que les gestionnaires de camping résument cette saison 2021 qui a priori ne pouvait pas être pire que la précédente. Si d’un point de vue comptable, elle s’est révélée plutôt bonne voire meilleure que 2020 et 2019, elle a été malgré tout compliquée à piloter. On retiendra un lancement de saison stressant en raison de la situation sanitaire, des étrangers qui sont revenus mais moins nombreux qu’en 2019 (sauf les Britanniques, quasiment absents). Des Français qui eux étaient bien là, surtout en août. Et surtout une météo très défavorable pour le camping, en particulier dans la moitié nord de la France. Ah oui, on oubliait : on retiendra tout particulièrement la difficulté constante à trouver du personnel pour travailler sereinement…

Auvergne-Rhône-Alpes: une région qui s’en sort bien

AUVERGNE

Après une avant-saison très réduite, et malgré la pluie et le froid persistant sur certaines zones, les campings d’Auvergne Rhône-Alpes ont plutôt fait le plein cet été, surperformant même souvent en locatif. L’afflux des Français, voire de la clientèle de proximité, ne compense pas en revanche le retour encore limité de la clientèle étrangère.

« Malgré un temps vraiment mauvais – nous n’avons eu de vraiment beau qu’une semaine en juillet et 15 jours en août –, j’ai été complet en locatif du 2 juillet au 28 août et j’ai même surperformé en emplacements avec une clientèle rassurée de pouvoir participer à toutes nos activités », résume Jean-Louis Galidie, propriétaire du camping La Pommeraie (Cantal) qui a « mouillé la chemise pour offrir un espace de liberté et une parenthèse enchantée aux vacanciers ». Et le cas n’est pas unique en Auvergne-Rhône-Alpes ! La météo a pu être mauvaise sur certaines zones, avec des pluies répétées et des températures bien basses. Mais le besoin d’évasion et de grand air a encouragé les vacanciers à séjourner dans les campings de la région. Ceux qui avaient réservé un locatif sont bien venus, en montagne comme en plaine. « Si juillet a pu être moyen, août a été très, très bon en Isère. Jusqu’à tard. Ceux qui ont cartonné sont ceux qui ont des hébergements. C’était réservé d’avance. Et les gens sont venus malgré le temps », résume Franck Perron, président Isère de la FRHPA Rhône-Alpes.

« Aujourd’hui grâce aux locatifs, le facteur météo impacte de moins en moins leur activité en montagne », confirme Guilhem Poncy, de l’Observatoire d’Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme. 91 % des campings de Savoie interrogés par cet observatoire ont enregistré cet été une bonne, voire une très bonne fréquentation. « Les locatifs ont été pleins chez nous du 8 juillet au 29 août », confirme Yohann Rigollet, président Savoie de la FRHPA Rhône-Alpes. Sébastien Anceaux, du camping L’Éden de la Vanoise réalise même sa meilleure saison avec + 12 % de chiffre d’affaires entre le 1er juin et fin août. « Cela ne comble pas le manque de l’hiver dernier (à l’année, nous devrions finir autour de -7 %) mais nous avons conquis de nouveaux touristes en montagne. C’était déjà vrai l’an dernier. Cela l’est encore plus en 2021. » Cet été, il a accueilli + 38 % de Français sur son camping par rapport à 2020. Sur tous les départements d’Auvergne-Rhône-Alpes, l’avant-saison avait été largement écourtée : ouverture tardive et sans services en mai, un mois de juin faiblard sans clientèle étrangère.

L’Ardèche et la Haute-Savoie plus impactées

« Ce printemps très compliqué pèse beaucoup dans le résultat de nos campings en Ardèche », explique Rémi Peschier, président de la FRHPA Rhône-Alpes. Au final, leur saison est en effet moins bonne qu’en 2019. Ne parvenant pas à compenser le manque de clientèle étrangère, la Haute-Savoie affiche elle aussi un retrait par rapport à 2019. « Il nous a manqué les étrangers », confirme Serge Emonin, président de l’HPA de Haute-Savoie. 90 % de la clientèle de son camping, Le Saint-Disdille, situé au bord du lac Léman, a été française cette année, contre 60 à 70 % normalement. Et beaucoup sont venus sur de courts séjours. Complet tous emplacements confondus du 17 juillet à fin août, le camping La Ferme situé au bord du lac d’Annecy a également reçu moins d’étrangers. « Peu d’Allemands, pas d’Anglais, mais un peu plus de Néerlandais et de Belges que l’an dernier. On a en revanche refusé beaucoup de monde du 5 au 17 août. Tous les campings étaient complets autour du lac », détaille Mickaël Vilanova, son propriétaire.

Les Européens de retour

Les campings de la Drôme ont aussi fait carton plein. « En juillet, on a bénéficié d’un temps plutôt bon, en août, on a été complet avec beaucoup de clients de proximité mais aussi étrangers, des Belges et des Néerlandais surtout », se félicite Jean-Paul Goy, président Drôme de la FRHPA Rhône-Alpes. Pour Henri Rognin, propriétaire du camping d’Arpheuilles à Vézelin-sur-Loire (Loire) la belle surprise de la saison aura bien été le retour des étrangers. « Des Néerlandais, des Allemands, des Belges qui sont bien venus et sont restés, même si la météo était mauvaise », indique le président Loire de la FRHPA Rhône-Alpes. Encore en repli par rapport à 2019, cette clientèle étrangère était aussi de retour dans l’Ain, dans le Rhône, en Haute-Loire ou dans l’Allier dès la fin juillet. Très international avec 37 nationalités présentes en 2019, le camping Les Barolles, aux portes de Lyon, en a retrouvé une douzaine cet été. Certes agitée, voire anxiogène, la saison 2021 se termine donc plutôt bien en Auvergne- Rhône-Alpes. « Compte tenu de la conjoncture et de la météo, nous nous en sortons bien » confirme Christian Pommier, président de la FRHPA Auvergne. « Et nous avons conforté la bonne image du camping » se réjouit Rémi Peschier, son homologue rhônalpin.