Campings français: le bilan de la SAISON 2021

Rédaction - 20/10/2021

BILAN 21 OUV

Un ascenseur émotionnel permanent. C’est ainsi que les gestionnaires de camping résument cette saison 2021 qui a priori ne pouvait pas être pire que la précédente. Si d’un point de vue comptable, elle s’est révélée plutôt bonne voire meilleure que 2020 et 2019, elle a été malgré tout compliquée à piloter. On retiendra un lancement de saison stressant en raison de la situation sanitaire, des étrangers qui sont revenus mais moins nombreux qu’en 2019 (sauf les Britanniques, quasiment absents). Des Français qui eux étaient bien là, surtout en août. Et surtout une météo très défavorable pour le camping, en particulier dans la moitié nord de la France. Ah oui, on oubliait : on retiendra tout particulièrement la difficulté constante à trouver du personnel pour travailler sereinement…

Hauts-de-France: entre bon et moyen

HAUTS DE FRANCE

La saison 2021 a répondu aux attentes des professionnels de l’HPA dans les Hauts-de-France. Elle a certes commencé un peu tard, après le 14 juillet, et les professionnels ont dû s’adapter au pass sanitaire. Heureusement, la clientèle a joué le jeu et les campings de bord de mer ont affiché complet au mois d’août. Sylvie Heusele, la présidente de la fédération HPA des Hauts-de-France, résume ainsi la saison 2021 : « Pas de stress, une bonne gestion alors que le pass sanitaire s’est invité en milieu de saison. Je crois qu’il faut remercier, nos responsables syndicaux d’avoir négocié auprès du gouvernement le contrôle unique du pass à l’arrivée des vacanciers. »

Pour Thierry Limantour, dans le Pas-de-Calais, « c’est une année correcte, pas catastrophique. Nous avons la chance d’avoir un grand bassin de population à proximité et de nombreux résidents à l’année. Nous avons vu arriver en fin de saison une clientèle de grands-parents avec leurs petits-enfants ou des étudiants venus se ressourcer. »

Les professionnels ont dû s’adapter aux demandes de dernière minute et aux séjours de plus en plus courts. « La baisse est nette sur la fréquentation des commerces annexes, bars, restaurants et sur la vente de billets pour les parcs d’attractions. La contrainte sanitaire a donné une sensation de morosité », ajoute Thierry Limantour.

On relève toutefois des disparités, en fonction de la situation du camping. Olivier Pauwels du camping le Château du Gandspette à Eperlecques, entre Calais et Dunkerque se sent bien seul. « On est à 15 % d’occupation, la clientèle britannique n’est pas venue. On emploie 13 salariés en haute saison, il a fallu les mettre en congés, du jamais-vu. »

Dans la Somme, « après une année exceptionnelle en 2019, cette saison est bien différente », explique Laurent Pruvot, président de l’HPA Picardie. « La clientèle étrangère nous a cruellement fait défaut. Seuls les Allemands sont venus en plus grand nombre. » Août a été plus serein que juillet et septembre s’annonce bien.

La clientèle de proximité a manqué aux professionnels au mois d’avril, au moment du confinement. Ils ont aussi noté que les campeurs sont partis moins loin que les années précédentes, en l’absence de visibilité sur les contraintes sanitaires.