Campings français: le bilan de la SAISON 2021

Rédaction - 20/10/2021

BILAN 21 OUV

Un ascenseur émotionnel permanent. C’est ainsi que les gestionnaires de camping résument cette saison 2021 qui a priori ne pouvait pas être pire que la précédente. Si d’un point de vue comptable, elle s’est révélée plutôt bonne voire meilleure que 2020 et 2019, elle a été malgré tout compliquée à piloter. On retiendra un lancement de saison stressant en raison de la situation sanitaire, des étrangers qui sont revenus mais moins nombreux qu’en 2019 (sauf les Britanniques, quasiment absents). Des Français qui eux étaient bien là, surtout en août. Et surtout une météo très défavorable pour le camping, en particulier dans la moitié nord de la France. Ah oui, on oubliait : on retiendra tout particulièrement la difficulté constante à trouver du personnel pour travailler sereinement…

Corse: de fortes disparités

CORSE

Compte tenu du contexte sanitaire très critique début juillet, Alain Venturi, président du syndicat HPA de Corse, s’estime fin août « plutôt satisfait de la saison. Même si nous sommes en retrait par rapport à 2019 », concède-t-il. Certes, début septembre, il n’avait pas encore centralisé tous les chiffres. Mais les remontées d’informations de ses collègues étaient plutôt claires.

« Les établissements structurés, les 4 et 5 étoiles, s’en sortent bien mieux que ceux proposant des emplacements nus et/ou avec une clientèle de passage. » Le bilan est donc très contrasté en Corse selon les types d’hébergement. « En juin, c’était encore poussif. La saison a été bonne à partir du 15 juillet, et très bonne en août. Septembre s’annonce plutôt bien dans les 4 et 5 étoiles. En revanche, dans les terres, les campings ont beaucoup souffert. Ils ont chuté de moitié pour certains !» En résumé, la saison 2021 sera donc « dans la moyenne de 2019, pour les établissements 4 et 5 étoiles. Mais en fort retrait pour les autres ».

La mise en place du pass sanitaire s’est très bien passée, « tout le monde a bien joué le jeu ». Jusqu’à fin juillet, le pass n’était exigé qu’à l’entrée de l’île. En août, le sésame était requis à l’entrée et au départ de Corse vers le continent. « Seules quelques personnes ont été mises en quarantaine, précise-t-il. Les choses ont été très bien gérées. » Les Corses ont par ailleurs remarqué que les touristes « avaient plutôt envie de consommer sur place. Le fait qu’ils ne soient contrôlés qu’une seule fois, à l’entrée au camping, les a peut-être incités à consommer dans l’établissement », avance Alain Venturi.

La clientèle française, habituée à partir à l’étranger, est visiblement venue en Corse, considérant sans doute que c’est une destination suffisamment « dépaysante ».

« Début juillet, lorsque la situation était tendue, notamment en Balagne (au nord-ouest de l’île) avec de nombreux cas de Covid, nous avons volontairement limité l’accès aux personnes extérieures et modifié les animations. Pas de bals, de danses de groupes, d’aquagym ou de réveil musculaire par exemple. Nous avons également pris des précautions supplémentaires en août. Le public devait également rester assis durant toutes les animations afin de respecter la distanciation. » Concernant le mois de septembre, « les chiffres sont, pour l’instant, comparables à ceux de 2019 pour les trois quarts des établissements ».